Nana 13

May 24th, 2006

“C’est parce que je suis fiancé à ma guitare depuis l’âge de douze ans.” (Nobu)
“Qui est donc cet homme sans gêne en train de dormir dans mon lit?” (Yuri)
“Je m’étais dit que je ne pourrais jamais vivre avec un tel homme.” (Hachi)
“À tous les coups, je vais me faire engueuler. Y a que ce mec là qui soit capable de ça.” (Takumi)
“Tu sais, si on me fait du rentre-dedans, je craque.” (Yasu)
“C’est toi qui m’as tuée, je te signale.” (Nana)
“Ne meurs pas sans moi!” (Ren)

Nana 12

December 6th, 2005

Le temps qui passe purifie les gens de leur passé
Et soigne les blessures des cœurs
Mais certaines plaies ne guérissent pas

Temps. On joue avec le temps. Ellipse de folie. Satsuki… Mystère. La véritable identité de Misato (même si celle-là, je l’avais devinée quand Yasu avait découvert son pseudo). Classe. La déclaration de Ren au début de la conférence. Rythme. L’idée même de mise en scène pour montrer cette conférence, Hachi qui utilise un magnétoscope. Transition. La bague. Tension. Le drame plane comme un corbeau sur les rues de Tôkyô. Et pourtant… Humour. Toujours présent lui aussi. Vanne de Takumi et Jun à l’interphone (et pourtant il m’énerve lui). Fortune. Nobu en amour, dans les deux sens (”C’est tranquille comme façon d’aimer”).
Seul défaut: certaines pages sont floues (façon “Video girl” quand c’est sorti ici).
Existe-il un autre shôjo manga capable ne serait-ce que d’égaler celui-là?

Et comme c’est dur de se quitter, le mot de la fin pour Hachi: “Mais c’est pas des larmes… C’est la transpiration de mon cœur.”

son: Nana Movie Soundtrack - “An end”

Une nana comme j’aime

November 1st, 2005

Au début de l’année j’avais prédit ici-même que 2005 serait l’année Nana. Contre toute attente, du moins au regard de la relative confidentialité du manga par chez nous ainsi que des craintes des fans que j’ai pu lire concernant la fidélité au manga, le film de Nana a fait un carton au Japon depuis sa sortie de 3 Septembre dans les salles (on parle de plus de 100 millions de dollars de recette, le plus gros succès de l’année 2005 au Japon, un deuxième film est déjà annoncé et sera tourné l’année prochaine). Un véritable phénomène de mode. On parle même de “tempête Nana“. Toutes sortes de produits dérivés sont sortis: bijoux, peluches (il faut voir celle de Yasu), même les fameux verres à fraises! La jeunesse japonaise se met à s’habiller comme dans le film (même moi j’ai acheté le collier de Ren). La carrière de Mika NAKASHIMA (qui je le rappelle était déjà chanteuse avant de jouer dans le film) s’envole, elle est devenue la vedette numéro 1, et la chanson du film s’est classée première à l’Oricon, le top 50 japonais. Et le phénomène gagne toute l’Asie, puisque le film sort à Hong-Kong et à Taiwan cette semaine. Et bien entendu toujours le manga vendu à plus de 27 millions d’exemplaires…
Pour faire patienter tout le monde sont sortis également des D.V.D. reportages sur le film (”FM 707″ et “All about 707″) avec de nombreux extraits du film et entretiens avec les acteurs, ainsi que la bande originale du film, un photobook et un roman.
Et en cadeau pour ceux qui ont lu jusque là, Glamorous sky le clip de Nana diffusé sur MTV (réencodé, recadré et désinterlacé par mes soins —attention “clic-droit+enregistrer sous”!) et la bande-annonce du film tirée du site officiel. En attendant la sortie du tome 12 du manga le mois prochain en France!

Par delà Bien et Mal

August 10th, 2005

Quelle ironie. Il y a un quart de siècle les chaînes diffusaient pour la première fois des dessins animés japonais. C’était l’arrivée de Goldorak (”U.F.O. Robo Grendizer” de Go NAGAI) sur nos téléviseurs à nous en France. Certains (les directeurs de programmes) avaient une vision à court terme. Le profit immédiat, un moyen de faire des économies en achetant des dessins animés à pas cher. Mais d’autres voyaient plus loin et redoutaient l’influence néfaste de ces dessins animés sur une génération d’enfants. Déjà un docteur en psychologie directeur au C.N.R.S., Madame LURCAT sortait “À cinq ans, seul avec Goldorak“. Elle y décrivait des gamins qui ont peur: “J’aime pas Goldorak, c’est pas beau, sinon on fait des cauchemars dans la nuit.” Pour elle, c’était le Mal.

En fait je crois que ce sont plutôt les adultes qui ont eu peur. Selon elle: “l’univers culturel des enfants est trop limité. Les effets de séduction limitent le pouvoir créateur et favorisent l’invasion de l’imaginaire et du champ mental par des thèmes parasitaires qui peuvent freiner le goût de comprendre et d’agir“.
Quant à moi, j’étais un de ces gamins et j’étais émerveillé. Pour la première fois ma créativité était nourrie d’un univers fascinant que je n’avais jamais vu ailleurs (et quand je dis ailleurs je parle des programmes “jeunesse” français)… Pour la première fois des vaisseaux qui s’affrontent, un type qui rentre dans un robot géant, des poings qui partent, un rayon qui repousse l’adversaire, et un extra-terrestre dont le tête s’ouvrait: deux personnages dans un même corps! Tout ça c’était du jamais vu pour moi. Goldorak ne me faisait pas peur, au contraire: je rêvais d’être Actarus, d’habiter une super ferme à la KENT, d’avoir un super costume et de protéger la Terre. Je l’ignorais encore mais c’était un de mes premiers contacts avec le Japon. Et pour moi, c’était le Bien.

Des années plus tard, voilà la génération Goldorak. J’aime toujours les anime (et j’y ai ajouté depuis les manga, les jeux vidéo, le Jrock et mon amour pour le Japon). Je découvre le film de 「デビルマン」 (”devilman” soit “l’homme-démon” et pas “l’homme débile”), un autre manga de Go NAGAI (que je n’ai pas lu car je trouve les dessins trop laids, mais ça tombe bien comme ça j’ai découvert l’histoire avec le film et TERADA est passé par là). Et c’est pour moi, n’en déplaise à Tatie LURCAT et autres Ségolène ROYAL, une œuvre majeure sur la lutte entre le Bien et le Mal. On y retrouve la dualité dans les deux héros Akira et Ryo (comme avec Naruto/Sasuke ou encore Kaneda/Tetsuo). Des scènes de combat énergiques avec un rendu très jeu vidéo, une scène de poursuite entre Sélène et Amon volant entre les immeubles particulièrement dynamique…

Et une Miki très jolie (Ayana SAKAI déjà vue dans “Battle Royale 2″).

Où j’en étais? Ah oui… Le fond. Plutôt que de nous montrer une lutte à l’américaine (du style “Guerre des étoiles”), on y découvre une lutte à la japonaise. On ne va pas voir “les gentils contre les méchants” (là encore un cliché qu’on retrouve dans les paroles françaises des génériques de dessins animés japonais).

Non. On explore la ligne qui les sépare…

Et si, avant de lutter contre le Mal, on se demandait d’abord si on sait le reconnaître? Savons-nous vraiment ce qu’est le Bien, et ce qu’est le Mal?

Au lycée, Ryo traîne toujours avec Akira. Mais Ryo ne sourit jamais. Son père est mort dans un laboratoire. Une expérience a mal tourné: des démons se propagent sous la forme d’un parasite qui prend possession de l’A.D.N. des êtres vivants. Le seul moyen de ne pas sombrer est d’avoir un cœur bon, un cœur assez humain pour ne pas laisser le démon prendre le dessus. Le roi des démons, Satan, veut détruire l’humanité et faire régner l’enfer sur Terre. Mais Amon le démon téméraire garde son amour des hommes, il revendique même son nom: Devilman, le démon qui est encore humain. Contre sa nature de démon, Amon s’oppose à tous les autres démons et donc à Satan.
Chez les humains, Akira est en quête d’amour (la scène de la déclaration est particulièrement réussie). Les humains contaminés sont pourchassés. Le gouvernement vote de nouvelles lois: quiconque est soupçonné d’être contaminé est arrêté. Très vite ça devient quiconque est soupçonné est abattu.
La situation se dégrade: de plus en plus d’humains sont contaminés, le conflit prend une ampleur internationale. Au Japon, une brigade antidémons est créée et n’importe qui peut dénoncer son voisin. C’est la délation et la chasse aux sorcières. Certains, comme la belle Miki, font de la résistance et cachent des démons chez eux. La guerre civile éclate.
Dans ces conditions, l’Humanité échappera-t-elle à l’apocalypse? Devilman parviendra-t-il à sauver ceux qu’il aime ou son cœur sombrera-t-il dans la rage du démon?

  • Le site officiel du film sur lequel vous pouvez voir les bandes-annonces et aussi ce lien pour voir la première bande-annonce qui a servi à se rendre compte des effets visuels.
  • Une page pour savoir qui est Go NAGAI sur Animeka.
  • Death Note

    July 17th, 2005

    En ce moment je lis ce manga de Takeshi OBATA (dont sont sortis en France le dispensable “Rampou” et “Hikaru no Go”). L’histoire part d’un fait très simple: un lycéen trouve un carnet, le “death note”. Il suffit d’écrire le nom d’une personne dedans pour qu’elle meurre dans les 40 secondes qui suivent… Il décide de s’en servir pour nettoyer le monde des criminels. Très vite, il est traqué par L, un mystérieux détective que personne n’a jamais réussi à voir ou à rencontrer.

    L’histoire est prenante et ce qui m’a frappé aussi, c’est l’évolution graphique: on se rapproche plus de Shô TAJIMA dans “M.P.D. Psycho” que de “Hikaru no Go”. Et puis devinez de quoi se sert “L” pour entrer en contact avec les autres? Un PowerMac avec l’écran Apple! Ainsi qu’un PowerBook G4! Il est bon ce Takeshi!

    Nana 11

    June 7th, 2005

    Couverture du tome 11 de Nana (manga)

    Ça y est! Nana tome 11 est sorti! Youpiiii!

    Nana - Le film!

    March 15th, 2005

    Hachi et Nana

    Je pleure de bonheur. (T_T)
    Enfin!, on les voit bouger, parler et tout. Comme dans le manga. Mais en vrai. Trop fort.

    Pour le site officiel du film, c’est nana-movie.com. Et j’ai chopé la deuxième bande-annonce (la première on voit rien) que vous pouvez voir en cliquant ici.

    Vivement l’automne.

    son: Spin Aqua - “A foggy day”

    Nana

    February 13th, 2005

    Incontestablement un de mes manga préférés, et je pèse mes mots. L’attente entre chaque tome est une vraie torture, rendue à peine supportable par la relecture des tomes précédents.

    Heureusement, 2005 sera l’année Nana.

    Avec un jeu sur PS2 qui sort le 17 mars chez Konami.

    Nana sur PS2

    Et avec un film avec des acteurs qui sortira au Japon d’ici la fin de l’année!
    Ouf, ils n’ont pas mal choisi le plus important, l’actrice qui jouera Ôsaki, puisqu’il s’agit de Mika Nakashima (une chanteuse, ça tombe bien).

    Mika joue Nana

    N’est-elle pas mimi?
    Pour en savoir plus:

    son: BLAST - “Shinshoku”

    Naruto grandit!

    February 6th, 2005

    Naruto en couve du Jump

    Suivant la trace de Gokû dans Dragon Ball, Naruto grandit. Sympa cette couve du Jump. J’aime bien son nouveau costume noir. Et il va y avoir plus de jolies dames alors?

    son: Asian Kung-Fu Generation - “Mugen glider”