Télécharger, c’est illégal?

February 28th, 2006

Un professeur de Jussieu explique dans cet article comment on pourrait tous, pour moins d’1 euro par mois, télécharger toute la musique qu’on veut légalement et en rémunérant les auteurs. Je rappelle qu’on paye déjà une taxe sur la copie qui s’applique aux disques durs, disques vierges, aux iPods et tout le reste… Allez voir le site de l’EUCD pour en savoir plus.

Je laisse la parole à Sam et à sa chanson: Télécharger, c’est illégal

“télécharger c’est illégal, le pire 2 pire c’est l’axe du mal
il y a l’amateur et le professionnel
hey les gars à cause de votre loi j’irais bien me taper sur la gueule
avec tous les éditeurs de vos systèmes de DRM
ceux qui pensent que la répression c’est la solution
que l’éducation passe par la vulgarisation parce qu’on ne s’adresse qu’à des cons
qu’il y a le bien et le mal et que le mal c’est nous parce que justement
c’est un complot du mal qui nous font croire qu’ils nous veulent du bien
alors que c’est le mal, et que le mal c’est bien connu, c’est pas bien.”

Les jolies filles sont aveugles

February 21st, 2006

Je suis passé voir le groupe Lovely girls are blind qui jouait hier soir dans un petit klub parisien. Ils sont quatre: un bassiste, un batteur, et bien sûr deux gratteux. Attendez, il manque pas quelque chose? Et le chant? Pas besoin, car Lovely girls are blind ne compose que des instrumentaux (avec des titres obscurs comme “Lichen A” ou encore “rien pour l’instant”), dans un style qu’ils qualifient de “post rock“. Je me suis retrouvé dans leurs compos car même si je ne fais pas que ça, j’ai composé pas mal d’instrumentaux moi aussi, et dans un univers parfois assez proche. Si vous vous demandez à quoi ça ressemble, allez faire un tour sur leur site pour écouter leur première démo.

GarageBand attitude 3

February 19th, 2006

Comme je l’annonçais dans un précédent message, le grand David de Pectines nous avait promis une surprise, et il est de retour pour un troisième épisode de GarageBand attitude! (que vous pouvez aussi télécharger ici, n’hésitez pas à le diffuser autour de vous)
Au programme de ce nouvel épisode, la rythmique et la réponse à cette question existencielle: “À quoi sert le bassiste?” C’est vrai, il m’arrive de me demander à quoi je sers puisque je viens de passer pas mal de temps dans GarageBand à trier, mixer et encoder mes premières compos.

Bref si comme moi vous aimez le mac, allez faire un tour sur Pectines, le “Mac-à-zine au féminin”, il y a des articles sur comment cataloguer ses vidéos ou encore comment lire les fichiers ogg dans iTunes… Et en plus les filles y sont toutes plus charmantes les unes que les autres! David, dis-moi ton secret.

Notre vérité

January 30th, 2006

On l’attendait depuis 2002, et c’est le 4 Avril 2006 que sort le nouvel album de Lacuna Coil: Karmacode. Ceux qui comme moi ont tripé sur leurs précédents albums comprendront mon impatience pour ce qui s’annonce déjà comme un des albums de l’année (avec le Tool très probablement). Le site du fan-club officiel a déjà dévoilé la pochette de l’album (une étonnante photo d’un homme sans visage) et mis en place un compte à rebours!

Évidemment je suis fan. Une de mes grattes porte même le prénom de la chanteuse. Et encore plus fan parce que la B.O. du film Underworld 2 Evolution est sortie (j’avais déjà bien aimé la B.O. du premier, qui contenait déjà d’excellents morceaux de Puscifer et The Damning Well). Le rapport c’est qu’on y trouve en avant-première un morceau tiré du nouvel album de Lacuna Coil! Le titre est en écoute sur la toile, mais pour ceux qui ont une petite connection je l’ai encodé, ça s’appelle “Our truth“. Si vous ne connaissez pas encore cet excellent groupe, allez donc faire un tour par ici ou par là. Et pour ceux qui connaissent déjà, à lire les entretiens avec Andrea où il explique entre autres le concept de Karmacode.

Clock is ticking while I’m killing time
Spinning all around nothing else they can do to turn it back
Breaking partnership in this crime
Ripping up the past, condescending smile

Colline silencieuse

January 24th, 2006

RW < < 03.04.1999
Je découvre Silent hill (サイレントヒル) avec le premier opus sorti à l’époque sur la première playstation.
Je me souviens des nuits blanches passées à explorer des couloirs en m’éclairant à la lampe torche, à la recherche de ma fille, des gémissements de nouveaux nés comme émanant d’outre-tombe, une barre à mine comme arme de défense. Jamais auparavant le brouillard ne m’avait autant mis la pression.

FW >> 26.04.2006
Sept années plus tard, le film tiré du premier épisode de la série sortira en salle en France, réalisé par notre Christophe GANS national (qui a déjà adapté pour les Japonais Crying freeman). La bonne nouvelle c’est que les musiques seront signées du compositeur des jeux: Akira YAMAOKA, dont les musiques jouent un rôle essentiel dans l’ambiance du jeu (ma B.O. préférée est celle de l’épisode 2 et j’adore la chanson du 4 Tender sugar de Mary Elizabeth McGlynn).
Quant au résultat, voyez par vous-mêmes avec cette bande annonce en grand format (ou en petite taille pour les plus pressés). Rendez-vous dans trois mois dans les salles… obscures.

Kafka sur le rivage

January 22nd, 2006

“Parfois, le destin ressemble à une tempête de sable qui se déplace sans cesse. Tu modifies ton allure pour lui échapper. Mais la tempête modifie aussi la sienne. Tu changes à nouveau le rythme de ta marche, et la tempête change son rythme elle aussi. C’est sans fin, cela se répète un nombre incalculable de fois, comme une danse macabre avec le dieu de la Mort, juste avant l’aube. Pourquoi? Parce que cette tempête n’est pas un phénomène venu d’ailleurs, sans aucun lien avec toi. Elle est toi-même, et rien d’autre. Elle vient de l’intérieur de toi.”

“Une fois la tempête passée, tu te demanderas comment tu as fait pour la traverser, comment tu as fait pour survivre. Tu ne seras pas très sûr, en fait, qu’elle soit vraiment achevée. Mais sois certain d’une chose: une fois que tu auras essuyé cette tempête, tu ne seras plus le même. Tel est le sens de cette tempête.”

Haruki MURAKAMI

Dharma initiative

December 27th, 2005

Pris de panique à l’idée de devoir attendre la suite de la saison 2 de Lost, j’en ai profité pour composer un peu, ou du moins, enregistrer quelques idées. Matériel requis: une guitare, une basse, et un PowerBook avec GarageBand.

Le premier morceau est illustré par une scène de la série, lorsque Jack et Kate s’embrassent. Rappellons que dans la première saison elle embrassait Sawyer qui le lui avait demandé (qu’il est fort quand même ce Sawyer!). Je vous laisse le soin de voir cette scène par vous-mêmes si vous souhaitez savoir qui a demandé à qui ce coup-ci. Le morceau est en 3 phases: la recherche, l’explication, l’apaisement. Avec comme moments charnières le “Je suis désolée” de Kate, où tout bascule, puis le “Tout va bien” de Jack.

K’ - “Kate” (mp3 - 2mn)

Le deuxième morceau est une petite compo rapide sur laquelle j’ai eu l’idée de poser cette fois la voix du Dr. Marvin Candle et son discours de la bobine du film sur la Dharma initiative de la Fondation Hanso pour la station 3. Le morceau illustre le stress implacable de “quand l’alarme sonne” et du “vous devez entrer le code!“.

K’ - “Dharma initiative” (mp3 - 2mn10s)

Si vous avez iTunes (le meilleur lecteur mp3 au monde, gratuit et qui lit aussi des vidéos maintenant), profitez-en pour aller voir les théories les plus répandues sur l’île avec le podcast de Lost. Mon hypothèse à moi est celle du purgatoire, j’y avais déjà pensé depuis quelques temps, et depuis le dernier épisode c’est celle que je trouve la plus plausible (ça expliquerait pourquoi par exemple Mister Locke remarche, entre autres…).
D’ailleurs le dharma est un terme sanskrit (धर्म) d’Inde pour désigner les lois qui régissent l’univers.
Par contre, ça n’explique pas pourquoi le requin est tatoué…

Vous avez 4 minutes pour entrer le code: 4 8 15 16 23 42

Nana 12

December 6th, 2005

Le temps qui passe purifie les gens de leur passé
Et soigne les blessures des cœurs
Mais certaines plaies ne guérissent pas

Temps. On joue avec le temps. Ellipse de folie. Satsuki… Mystère. La véritable identité de Misato (même si celle-là, je l’avais devinée quand Yasu avait découvert son pseudo). Classe. La déclaration de Ren au début de la conférence. Rythme. L’idée même de mise en scène pour montrer cette conférence, Hachi qui utilise un magnétoscope. Transition. La bague. Tension. Le drame plane comme un corbeau sur les rues de Tôkyô. Et pourtant… Humour. Toujours présent lui aussi. Vanne de Takumi et Jun à l’interphone (et pourtant il m’énerve lui). Fortune. Nobu en amour, dans les deux sens (”C’est tranquille comme façon d’aimer”).
Seul défaut: certaines pages sont floues (façon “Video girl” quand c’est sorti ici).
Existe-il un autre shôjo manga capable ne serait-ce que d’égaler celui-là?

Et comme c’est dur de se quitter, le mot de la fin pour Hachi: “Mais c’est pas des larmes… C’est la transpiration de mon cœur.”

son: Nana Movie Soundtrack - “An end”

Comportement imprévisible ou bien inconstant

December 5th, 2005



Voilà ce qui arrive quand on se promène sur le net: ça peut provoquer les congelés et ruines. Bien fixer les erreurs du regard. T’façon j’ai un Mac. Même pas mal.

son: Filter - “Take a picture”

Une nana comme j’aime

November 1st, 2005

Au début de l’année j’avais prédit ici-même que 2005 serait l’année Nana. Contre toute attente, du moins au regard de la relative confidentialité du manga par chez nous ainsi que des craintes des fans que j’ai pu lire concernant la fidélité au manga, le film de Nana a fait un carton au Japon depuis sa sortie de 3 Septembre dans les salles (on parle de plus de 100 millions de dollars de recette, le plus gros succès de l’année 2005 au Japon, un deuxième film est déjà annoncé et sera tourné l’année prochaine). Un véritable phénomène de mode. On parle même de “tempête Nana“. Toutes sortes de produits dérivés sont sortis: bijoux, peluches (il faut voir celle de Yasu), même les fameux verres à fraises! La jeunesse japonaise se met à s’habiller comme dans le film (même moi j’ai acheté le collier de Ren). La carrière de Mika NAKASHIMA (qui je le rappelle était déjà chanteuse avant de jouer dans le film) s’envole, elle est devenue la vedette numéro 1, et la chanson du film s’est classée première à l’Oricon, le top 50 japonais. Et le phénomène gagne toute l’Asie, puisque le film sort à Hong-Kong et à Taiwan cette semaine. Et bien entendu toujours le manga vendu à plus de 27 millions d’exemplaires…
Pour faire patienter tout le monde sont sortis également des D.V.D. reportages sur le film (”FM 707″ et “All about 707″) avec de nombreux extraits du film et entretiens avec les acteurs, ainsi que la bande originale du film, un photobook et un roman.
Et en cadeau pour ceux qui ont lu jusque là, Glamorous sky le clip de Nana diffusé sur MTV (réencodé, recadré et désinterlacé par mes soins —attention “clic-droit+enregistrer sous”!) et la bande-annonce du film tirée du site officiel. En attendant la sortie du tome 12 du manga le mois prochain en France!